SIHP - Culture et Folklore - 2014
Vous n'êtes pas identifié Connexion

Syndicat des Internes des Hôpitaux de Paris

SIHP

SIHP

Être interne à Paris / Vivre son internat Être interne à Paris / Vivre son internat

Culture et Folklore

 

La Salle de Garde: Brève présentation de son histoire et de son rôle

La salle de garde est au sein des hôpitaux le lieu où se restaurent et se rencontrent les internes et en même temps un lieu mystérieux où se conserve une tradition opérative issue du moyen-âge.

L’histoire de cette institution est liée directement à l’histoire de la corporation des chirurgiens-barbiers qui ont dirigé les hôpitaux, hospices et hôtels-dieu du douzième siècle à la révolution française. Les traditions, coutumes, règles et interdictions témoignent certes de cette époque héroïque mais ne se sont conservées que parce qu’elles apportaient quelque chose d’extrêmement fort à ceux qui les faisaient survivre. Pendant toute la période allant du moyen-âge à la révolution française, les hôpitaux seront dirigés presque uniquement par les chirurgiens alors que les médecins (pendant longtemps des clercs) ne font qu’y passer. Dans ce lieu clos, réservé à leur corporation, ils vont pouvoir vivre leurs coutumes comparables en cela à celles des autres corporations médiévales : tailleurs de pierre, charpentiers, etc

La force de cette tradition peut s’apprécier en remarquant qu’elle a réussi à traverser la révolution française et la fin des corporations (en 1791), la création des nouvelles écoles de santé, la fusion enfin réalisée de la chirurgie et de la médecine, toutes deux à présent enseignées au sein de l’université. La survivance s’explique probablement par le fait que même quand l’enseignement de la médecine et de la chirurgie ont été interrompus, les hôpitaux, eux, n’ont pas cessé de fonctionner. Bien protégés au fond des salles de garde des hôpitaux, les anciens rituels ont pu survivre !

 

La tradition et les règles de la salle de garde ont un sens et des buts pas forcément évidents pour tous ceux qui sont fréquentent la salle de garde

Le premier est sûrement de créer une communauté soudée où les règles de respect mutuel facilitent le travail, les rencontres les échanges et la coopération tout cela pour le meilleur des patients hospitalisés.

Elles forment aussi un formidable rempart contre la présence continue et agressive de la maladie et de la mort, ainsi les chansons paillardes et les fresques ne sont elles que la manifestation la plus forte des forces de la vie opposées aux forces de la mort ; les sexes en érection sont symboliques de la force générative qui s’oppose depuis le début des temps à la destruction et au chaos ; les chansons souvent tristes, au fond, et ressemblant un peu par leurs thèmes au tango argentin, permettent de sourire et de rire face à la grimace de la mort.

Enfin les règles contraignantes de la salle de garde sont un premier obstacle à franchir avant d’arriver au bloc opératoire ou dans les consultations. La maîtrise de soi est indispensable avant de pouvoir faire la moindre chose.

Aujourd’hui, la salle de garde constitue plus que jamais un lieu de rencontre particulièrement privilégié, dans un univers hospitalier de plus en plus déshumanisé. Le téléphone et les mails ont remplacé les relations humaines et la rencontre face-à-face permet de restaurer un lien en voie de perdition. Cela est d’autant plus utile que les conditions matérielles et organisationnelles de fonctionnement se dégradent de plus en plus en raison notamment de problèmes financiers et de personnels (les deux étant évidemment liés)

La présence des internes en salle de garde assure une présence horizontale heureuse permettant de recréer les liens entre les différents services. Cela aucune réunion, aucune RCP ne pourra arriver à le remplacer !

Il faut faire l’effort de comprendre ce qui se passe en salle de garde pour pouvoir en profiter pleinement et contrairement à ce que certains ont pu penser, elle est ouverte aussi bien aux femmes qu’aux hommes et on voit bien d’ailleurs que celles-ci ont été parfaitement capables d’en comprendre les règles et de s’y adapter sans problème. Il est sûr que les préjugés notamment moraux ou religieux bornés ne facilitent pas l’intégration en salle de garde pas plus qu’ils ne facilitent le travail en équipe dans l’hôpital.

En résumé, un rituel antérieur au 14e siècle est encore capable d’être suffisamment vivant et riche pour apporter aux médecins et chirurgiens du 21e siècle des valeurs où ils se reconnaissent.

 

Dr P Josset

Directeur du musée Dupuytren, Paris

Responsable de l’enseignement de l’histoire de la médecine à la Faculté de Médecine Pierre et Marie Curie

 

Bibliographie

La salle de garde, histoire et signification des rituels des salles de garde de médecine, chirurgie, pharmacie du moyen-âge à nos jours, Patrice Josset, le léopard d’or, Paris

L’image obscène, Gilles Tondini, Mark Batty Publisher 

La salle de garde, d’hier à aujourd’hui, deux tomes, Patrick Balloul, Paris

 

 

Le bal de l'internat:

Le Bal de l’Internat est une institution séculaire, parisienne depuis son origine. C'était alors l’occasion de joutes artistiques entre les internes des différents hôpitaux de la capitale, rivalisant d’audace et de créativité dans la réalisation de courts spectacles. Traditionnellement, cette réunion annuelle se tenait dans une prestigieuse salle de Paris (Bal Bullier, Salle Wagram, Pavillon Baltard dans les années 1990). 

En 1965, la Nuit de l'Internat - métamorphose du Bal - réunissait 3000 convives au Palais Royal.

En 1976, il prenait ses quartiers d’été sous un gigantesque chapiteau sur le Champ de Mars.

En 2002, le Bal du Bicentenaire de l’Internat investissait la Salle Wagram.

En 2003, avec le thème "L’Internat fait son Cirque", le Bal se produisait au Cirque Diana Moreno Bormann.

Et c'est en 2011, sous la bannière des Années Folles, que le dernier Bal prenait place au Salon des Miroirs. Fidèle à la coutume, le bal sera costumé. En effet, au cours de cette grand-messe, patrons, chefs, internes et externes se rencontrent sous le masque : truchement cher à tous, car il rend l’événement unique et éclatant. 

Fidèle à la coutume encore, le dîner sera raffiné; la soirée commencera par un cocktail d’ouverture qui sera suivi d’un dîner assis.

Fidèle à la coutume toujours, l’animation originale sera réalisée par les différents compagnons de Salle de Garde, de l'interne le plus novice au fossile le plus ancien, venus de Paris et de Province, médecins, pharmaciens ou dentistes. Le bal s’achèvera au petit matin après danse et musique. Le bal s’adresse à tous les Internes et anciens Internes de France, 26 000 médecins, pharmaciens et dentistes parmi lesquels figurent de nombreux professeurs et chefs de service de l’Hexagone.

 

Site du bal : www.baldelinternat.com

Le lien vers la partie bal sur le site du plaisir des dieux : http://www.leplaisirdesdieux.fr/LePlaisirDesDieux/LeBal/Bal_2016/Bal_2016.html

Lien vers le teaser du bal si cela vous intéresse : https://www.youtube.com/watch?v=E9dL-LYSWCU

 

 

Accès Rapides
Nos Partenaires